A LA UNETELE

Les nouveautés de France Télévisions : entre succès mitigés et échecs notables

389
Les nouveautés de France Télévisions : entre succès mitigés et échecs notables
France Télévisions a lancé une flopée de nouvelles émissions et les audiences sont à la peine, certains programmes, des échecs.. Seules les fictions et séries tiennent bon.

La rentrée télévisuelle de France Télévisions est marquée par des hauts et des bas, parfois même par de véritables échecs. Contrairement à la saison précédente plutôt excellente. La stratégie de renouvellement des programmes et de rajeunissement des visages est en marche mais les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des attentes. Stéphane Sitbon-Gomez, directeur des programmes du groupe, avait anticipé des expériences audacieuses en lançant de nouvelles émissions et en commandant des premiers épisodes pour évaluer leur potentiel. Mais les audiences ne sont pas encourageantes. La plupart des nouveautés ne parvient pas à atteindre la moyenne de 14,6 % de parts de marché enregistrée en janvier par France 2.

Des échecs qui se confirment au fil des semaines…

L’un des échecs les plus notables est attribué à Hugo Clément avec « Nos grandes décisions« , un magazine interactif où les Français donnent leur avis sur les choix de vie d’un invité. Dès le lancement en février, les audiences ont chuté de manière significative, et malgré une tentative de redressement, les chiffres restent insatisfaisants. Une étude auprès du public est en cours pour redéfinir la formule et relancer l’émission.

Sur France 3, le nouveau magazine animalier de Sophie Davant, « En bonne compagnie« , ne parvient pas à captiver l’audience. L’émission rassemblant seulement 600 000 téléspectateurs pour les cinq premiers épisodes. Même la présence de la populaire Julia Vignali dans « Affaire conclue » accentue la pression sur Sophie Davant. Hugo Décrypte, transfuge de youtube, n’a pas non plus réussi à fidéliser son public avec ses « interviews face cachée« . Les chiffres d’audience sont en dessous des attentes, et la programmation irrégulière du format court semble être un problème.

Certains s’en sortent mieux que les autres…

Cependant, tous ne sont pas en difficulté. Bertrand Chameroy, avec « Pas sommeil » le vendredi soir, maintient des chiffres respectables avec une moyenne de 850 000 téléspectateurs. Sa performance sera évaluée après un dernier épisode le 8 mars, décision cruciale pour son avenir sur la chaîne. Faustine Bollaert, de son côté, avec « Ça vaut le coup » le samedi après-midi, se situe à mi-chemin entre le succès et le naufrage. Le programme affiche une audience moyenne de 820.000 téléspectateurs. Une seconde chance lui sera offerte avec une formule retravaillée dans les semaines à venir. Quant au duo d’humoristes Alex Vizorek et Philippe Caverivière, celui-ci tire son épingle du jeu le dimanche après-midi avec « En bande organisée« . Le million de fidèles et ses 8 % de part de marché font partie des réussites notables de cette rentrée difficile, bien que leur reconduction ne soit pas encore assurée. La rentrée télévisuelle de France Télévisions est donc un mélange de défis et d’opportunités, avec des ajustements nécessaires pour trouver le bon équilibre entre innovation et succès d’audience.

Articles proposés

Plateforme de Gestion des Consentements par Real Cookie Banner