Les youtubeurs : le nouvel axe de com’ du gouvernement

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Les youtubeurs : le nouvel axe de com’ du gouvernement

Les influenceurs ont pris une telle place dans la communication auprès des jeunes que certains youtubeurs ne sont plus réticents à faire des collaboration avec le gouvernement ou ses institutions. Chez mediatify.com, nous trouvons l’initiative intelligente en matière de communication et avons voulu voir ce que faisaient certains influenceurs. Si vous êtes présents sur les réseaux sociaux, vous n’avez pas pu passer à côté de l’actualité sur le SNU (Service National Universel) mis en place par le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education Nationale, Gabriel Attal (voir en bas de l’article).

Cibler les jeunes grâce aux influenceurs 

Gabriel Attal aurait demandé à des influenceurs comme Tibo InShape ou encore Sundy Jules et EnzoTaisToi! d’en faire la promotion dans des vidéos ou sur Instagram… une initiative qui n’est pas du goût de leurs followers ! Surtout quand cette collaboration n’est pas clairement explicite. Néanmoins, ces collaborations sont intelligemment réalisées, les cibles étant parfaitement choisies. Sundy Jules parlait du SNU sur Instagram comme un « truc trop trop stylé et iconique« .  Pourtant, pour les abonnés, la ficelle semblait un peu grosse, car ces mots sont perpétuellement employés par Jules, que ce soit pour des vêtements, une marque ou un séjour avec ses amis à Los Angeles ou l’Ile de Ré où il était récemment avec son ami Sulivan Gwed. 

Sulivan « roule » pour la Sécurité Routière 

Sulivan, lui, a annoncé la couleur dans une de ses vidéos : une collaboration avec la Sécurité Routière, sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. Bien que n’étant pas précisé dans le titre, cette vidéo ludique pour les jeunes conducteurs ou ceux qui sont en train de passer le permis de conduire, est tournée dans une voiture où on on voit le Youtubeur entouré de son ami Sundy Jules et un autre Youtubeur moins connu du nom d’Anthonin. A la manière d’un « Carpool Karaoké », les 3 influenceurs répondent à un quizz, en simultané avec leurs abonnés sur Instagram, sur le code de la route. Une collaboration plus travaillée dans le fonds, mais pas dans le forme, tant la vidéo est malgré tout un peu brouillon, bien que se voulant utile et bienveillante. D’autres youtubeurs souhaitent parler de politique sans faire de communication, mais la ligne blanche entre les deux est parfois trop fine pour leurs abonnés… 

Un Youtubeur taxé de « parti pris » malgré lui

Mais celui dont on a le plus entendu parler a sans doute été Hugo Décrypte : apprécié des médias et les politiques, car ce talentueux Youtubeur a créé une chaîne de vulgarisation de l’actualité pour les internautes. Lui ne fait pas de publicité ou de communication pour des institutions ! En revanche, il a intelligemment profité des élections européennes de mai 2019 pour recevoir certains candidats : notamment Manon Aubry, tête de liste La France Insoumise – Benoit Hamon, tête de liste pour Génération.s ou encore… le président Emmanuel Macron, à quelques heures de la fin de la campagne, en direct, sur sa chaîne YouTube, retransmis par BFMTV. Hugo Décrypte avait déjà été remarqué auparavant sur France 2 dans L’Emission Politique en venant interroger Marine Le Pen sur les Européennes.

La réaction des internautes est parfois brutale

Certains abonnés n’ont que moyennement apprécié cette prise de parole avec le président. Alors qu’ils étaient appelés à débattre en direct sur le chat, des messages comme « vendu » ou encore « et le respect du temps de parole alors ? » ont été postés lors du live. Certains spectateurs ont malgré tout posé des questions à travers le flot de commentaires négatifs. Hugo (Travers, de son vrai nom) a tenu à expliquer qu’il était difficile d’organiser des lives et de recevoir tout le monde. Il ne faut donc pas y voir une quelconque propagande, ni un parti pris. Mais pour les abonnés, le mal était fait… Devant la course aux vues et aux likes (qu’Instagram est en train de revoir dans quelques pays en phase test), certains influenceurs s’aventurent dans des domaines jusque là jamais abordés par peur de perdre une partie de leur communauté, parfois peu intéressée ou même déjà dégoûtée par la politique (parfois à cause des affaires et scandales de ces dernières années…).