Bon résultats pour le Groupe M6 contrairement à TF1

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Bon résultats pour le Groupe M6 contrairement à TF1

Le Groupe M6 a publié ce mardi soir des résultats en hausse. Son Président, Nicolas de Tavernost (en poste jusqu’en 2022) a annoncé des chiffres positifs sur les six premiers mois de l’année avec un chiffre d’affaires consolidé de 714,6 millions, soit 1,6 % de mieux que l’année dernière à la même époque.  L’acquisition du pôle radio du Groupe RTL (RTL, Fun Radio etc.) bénéficie d’une montée de +5,8% quant à sa filiale de productions (Studios 89 et C productions) +25,5 %. Les droits et les studios du Groupe M6 (SND) ont aussi contribué à ces bons résultats avec le succès du film d’animation « Astérix et la potion magique » sorti cette année.

Grâce aux revenus issus de la publicité sur ses chaînes diffusées sur la TNT et en clair chez d’autres opérateurs (M6, 6Ter, W9…), le chiffre d’affaires augmente de 0,7% à 420,5 millions, malgré les baisses d’audiences des chaînes du groupe ces derniers mois (difficulté notamment avec « Together : Tous avec moi » déprogrammé de M6, puis de W9).

« L’audience sur la cible des femmes responsables des achats pour l’ensemble du groupe est restée stable. (…) Si l’été est en général timide en termes de publicité, le mois de septembre s’annonce bon et nous avons plusieurs programmes phares à la rentrée qui vont consolider nos audiences. » annonce Nicolas de Tavernost, le patron de M6. 

« L’amour est dans le pré », l’une des émissions phares de la chaîne, reprend le 19 août et compte bénéficier du lancement en juillet de la nouvelle saison de « Pékin Express » Le résultat net grimpe du Groupe M6 monte de 11 % à 88,4 millions, notamment grâce à la vente des Girondins de Bordeaux , qui généraient des pertes et malgré l’investissement dans les chaînes de Lagardère Active.

Le Groupe M6 affiche une  marge plus importante que son rival TF1 et espère encore s’améliorer pour « dépasser le seuil des 20 % de marge annuelle, dans les trois-quatre prochaines années » confiait encore Nicolas de Tavernost, 68 ans, qui attend l’arrivée des nouvelles chaînes qu’il a achetées, dès le 2 septembre. « Cela va renforcer notre régie publicitaire. Le dernier trimestre est très important pour les chaînes jeunesse, avec la période de Noël. (…) Et, nous avons le projet d’investir fortement sur la plate-forme SVOD de Gulli pour avoir un relais de croissance. » concluait Nicolas de Tavernost.