80% du métro parisien couvert en 3G ou 4G

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
80% du métro parisien couvert en 3G ou 4G

Alors qu’à New-York City et Tokyo, la 4G est disponible sur l’ensemble du réseau de transports sous-terrain depuis plusieurs années, la RATP (Régie Autonome des Transports Parisiens) a annoncé que 80 % du métro parisien est désormais couvert par un réseau 3G ou 4G à en croire Le Parisien.

L’ensemble des lignes sera couverte avant la fin de l’année 2019, soit avec deux ans de retard comparé au calendrier initial. Des tests réalisés par l’Arcep. montrent cependant que la couverture en 3G ou 4G ne signifie pas pour autant que la connexion est possible partout sur ces 80% de portion couverte. La couverture effective peut énormément varier selon la ligne, la station ou selon l’opérateur.

A titre d’exemple, les abonnés Orange auront une excellente réception de la 4G sur la ligne 1 du métro parisien (La défense – Château de Vincennes) permettant d’accéder avec fluidité à Internet, regarder une vidéo YouTube ou la télévision sur une application telle que Molotov sans aucun problème de connexion. Pour les abonnés de Free, il vaudra mieux écouter vos musiques Spotify ou Deezer en mode « hors connexion » ou regardez vos voisins, car la réception du signal est quasi nulle. A ce jour, moins de 50% du réseau RATP est véritablement couvert par Orange, et 26 % pour Free. Mais attention, ces chiffres concernent aussi bien la 3G que la 4G. Peut-être que la situation sera meilleure l’année prochaine et excellente d’ici l’ouverture des Jeux Olympiques à Paris en 2024.

Nos voisins Londoniens, quant à eux, ne devraient commencer ces mêmes travaux dans le métro qu’à partir de 2020 seulement mais prévoient des chantiers étendus sur 5 ans pour permettre, au fur et à mesure, une bonne qualité de réception du signal sur les différentes lignes et pour tous les opérateurs. En Espagne, le métro madrilène sera entièrement couvert en 4G vers la fin de l’année 2020 alors que celui de Berlin l’est déjà.

Lire aussi : La France se prépare au lancement de la 5G