Les réseaux sociaux auraient un effet dépressif sur les ados

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Les réseaux sociaux auraient un effet dépressif sur les ados

Les réseaux sociaux et la télévision peuvent faire apparaître des signes de dépression chez les adolescents. C’est ce que révèle une étude sérieuse réalisée par des chercheurs canadiens* publiée le 15 juillet dans le journal Jama Pediatrics. L’étude, réalisée sur une année entière, révèle que plus les adolescents passent de temps sur les réseaux sociaux et regardent la télévision, plus la l’état dépressif est significatif. Ces chercheurs ont noté que certains adolescents ont développé un sentiment d’inutilité. Certains autres avaient des pensées morbides récurrentes et d’autres encore un état dépressif profond.

Contrairement aux idées reçues, jouer aux jeux vidéo ou passer du temps sur Internet ne développe pas d’état dépressif chez les adolescents ayant participé à cette étude. L’étude démontre que l’état dépressif dépend du contenu observé sur les réseaux sociaux ou la télévision et la fréquence d’utilisation de ces médias.

Douter de soi et perdre confiance en soi… 

Elroy Boers, auteur principal de l’étude, explique que « Les médias sociaux et la télévision sont des médias qui exposent fréquemment les adolescents à des images d’autres jeunes mieux nantis, comme ceux ayant un corps « parfait », un style de vie plus palpitant ou plus d’argent ». Les adolescents utilisant ces médias basés sur la comparaison aux autres risquent donc davantage  d’avoir une faible estime d’eux-mêmes. Les publicités pour la mode ou le luxe pourraient être un autre vecteur (qui n’est pas pris en compte dans cette étude). Il y a quelques années déjà, des députés avaient dû légiférer contre l’anorexie des mannequins dans les pubs.

* Les chercheurs canadiens à l’origine de cette études sont membres du Centre hospitalier universitaire (CHU) pédiatrique Sainte-Justine avec le soutien de l’Université de Montréal. 4 000 canadiens de 12 à 16 ans ont été suivis dans le cadre de cette étude. En plus du temps passé sur les différents médias, ils devaient répondre à des questionnaires afin de jauger leur état d’esprit.

Lire aussi : Bientôt une loi pour lutter contre la haine et le harcèlement sur les réseaux sociaux