Luc Besson et sa société Eurocpacorp dans la tourmente

Ruiné, Luc Besson contraint de vendre Europacorp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Alors que son dernier film « Anna » sort au cinéma ce 11 juillet, Luc Besson est sur la sellette. Tant sur le plan financier que judiciaire, celui qui a fait rêver le public dans les années 90 avec « Le grand bleu » et qui a fait frissonner les salles avec ses films d’action comme « Léon » ou « Nikita » n’essuie désormais plus que des échecs… Déjà bien avant la sortie de « Lucy » en 2012, le producteur à succès avait du plomb dans l’aile. Sa société de production Europacorp, qui a pourtant produit des films comme « Taxi », « Michel Vaillant » ou « Le Transporteur », a connu de sacrées turbulences. Dès le début des années 2000 un de ses amis et collègues, Pierre-Ange Le Pogam quittait le navire Europacorp avant qu’il ne prenne l’eau comme le Titanic. Car la société coule lentement mais sûrement. Placée en procédure de sauvegarde à la mi-mai pour une durée de 6 mois, Luc Besson doit vite rebondir. Et après l’échec de « Valerian » et ses 200 millions d’euros de budget, la route empruntée par Luc Besson avec son nouveau film « Anna » semble être en réalité une impasse. En deux semaines d’exploitation aux Etats-Unis, le film n’a rapporté que 6,7 millions de dollars… une broutille !

Côté judiciaire, les plaintes pour viols s’additionnent. La présomption d’innocence demeure mais de nombreuses personnes l’accablent. A commencer par certains acteurs de l’industrie cinématographique qui n’hésitent pas à le tacler. A en croire le magazine Variety, les plaintes à répétition pour agressions sexuelles contre le réalisateur seraient la cause de l’échec d’Anna outre-Atlantique. Le journaliste David Ehrlich enfonce le clou sur le site indiewire.com en émettant l’idée qu’Anna est « un nouveau film sur une femme vide qu’il [Luc Besson, ndlr] peut remplir de ses propres désirs » et de rappeler les neuf accusations contre Besson, rapportées par le site Mediapart.

Luc Besson n’a plus le choix : son film « Anna » doit rencontrer son public français s’il ne veut pas voir son ancien empire cinématographique s’effondrer sous ses yeux. Le film sort le 11 juillet dans nos salles. Le film raconte l’histoire d’Anna, une jolie jeune femme de 24 ans, à la recherche de son identité. A l’image des Matriochka, ces poupées russes qui s’emboîtent les unes dans les autres et qui chacune en cache une autre, Anna se demande combien de femmes se cachent en elle ?

VOUS AIMEREZ AUSSI :

A LA TELE CE SOIR