En quoi consiste la loi sur les contenus haineux en ligne ?

En quoi consiste la loi sur les contenus haineux en ligne ?
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Les réseaux sociaux se sont petit à petit transformés en un espace sur lequel les propos haineux se sont multipliés. Défendue par la députée LREM Laetitia Avia, la loi portant son nom prévoit l’obligation pour les plateformes numériques (Facebook, Twitter, YouTube et les autres) de retirer en moins de 24 heures tout propos « manifestement haineux« . Les contrevenants risquent une amende salée. Les géants du numérique doivent donc mettre en place des systèmes de retrait de contenus bientôt jugés illicites. Le député UDI Philippe Dunoyer a proposé que soient considérés comme illégaux les propos racistes, antisémites, homophobes ou encore l’apologie des crimes contre l’humanité. En revanche, curieusement, le négationnisme ne fait pas partie la liste. Mais inutile de saisir la justice à la moindre insulte reçu sur les réseaux sociaux ! Le secrétaire d’État au Numérique, Cédric O, à déclaré que « c’est à la justice, toujours indépendante, qu’il revient de déterminer si un contenu est légal ou illégal – et à elle seule« . Un parquet spécialisé dans la lutte en ligne va être créé spécialement pour les nouveaux délinquants du web. Avant le vote de ce projet de loi qui va se déroulé ce mardi 9 juin, la député Avia, qui donnera son nom à la loi si elle est adoptée, avait tenu ces propos sous forme de mise en garde : « À vous, mes chers trolls, haters, têtes d’œuf anonymes qui vous croyez seuls, cachés derrière vos écrans, vous qui êtes infiniment petits et lâches, sachez que nous nous battrons pour vous trouver et vous mettre face à vos responsabilités ! »

MISE A JOUR DU 9 JUILLET 2019 à 16h36 : La loi Avia a été adoptée (434 voix pour et 33 contre) 

VOUS AIMEREZ AUSSI :

A LA TELE CE SOIR