Facebook et Google seraient contraints de révéler la valeur des données personnelles

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Facebook et Google seraient contraints de révéler la valeur des données personnelles
Un projet de loi du Sénat américain vient d’être déposé tant par les démocrates que les républicains, les deux partis politiques du pays. Celui-ci prévoirait d’imposer aux géants du numérique tels que Facebook et Google de déclarer à la SEC (l’autorité de contrôle de la bourse américaine) tous les bénéfices financiers qui résultent de l’exploitation des données personnelles des utilisateurs. Ces sociétés devront aussi jouer la transparence sur la manière dont ces données sont exploitées. Mais ce n’est pas du goût des plateformes qui estiment qu’une telle information est très compliquée a obtenir. Par exemple, la SEC aimerait savoir combien rapportent les clics sur une mention « J’aime » à Facebook, un message posté sur Twitter ou un like sur Instagram mais aussi les publicités insérées dans les vidéos Youtube. En Europe, nous savons que ces données sont une mine d’or pour les géants du web, encore plus depuis l’instauration du RGPD (Règlement Général de la Protection des Données). Or, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) basent leur modèle économique sur la collecte de données personnelles qui sont exploitées pour faire de la publicité ciblée. Ces publicités sont l’une des plus grosses rentrées d’argent de ces plateformes. C’est grâce à ce partage de données que tous ces sites (pour Facebook, Google et Twitter) sont gratuits.